Les coeurs impatients

par Théo  -  25 Mai 2014, 18:06

Voyage dans les déserts médicaux de France

Ces images sont tirées du reportage sur le docteur Dugas (en Charente) et relatent les derniers mois d'activité de ce médecin qui a toujours travaillé en milieu rural.

Il a trouvé, in extrémis, un successeur pour ne pas laisser ses patients sans docteur.

Affiche de l'exposition au festival de photoreportage BarrObjectif 2014.

Affiche de l'exposition au festival de photoreportage BarrObjectif 2014.

Les coeurs impatients
Les coeurs impatients

Les cœurs impatients est un reportage sur la pénurie de médecins en zone rurale et sur ses conséquences pour les personnes âgées, fragiles, isolées ou en situation de précarité. ce reportage utilise deux moyens d'expression complémentaires : La photographie et la bande dessinées.

Les coeurs impatients

Le projet se présente sous la forme de plusieurs reportages dans différentes régions de France pour montrer la généralisation du phénomène de la désertification médicale et la profonde mutation des pratiques médicales dans notre pays.

Les coeurs impatients

Ces différents reportages illustreront la diversité des situations (médecin partant à la retraite avec ou sans successeur, jeune médecin prenant la relève, maisons médicales, médecins étrangers, zone sans médecin avec les contraintes de déplacement pour les patients, médecins travaillant au-delà de l’âge de la retraite pour ne pas abandonner leurs patients...)

Les coeurs impatients
Les coeurs impatients

Chaque reportage du projet se fait auprès d’un médecin (ou de plusieurs dans le cas d’une maison médicale) pour raconter une histoire singulière. Il se déroule sur plusieurs semaines afin de cerner au plus près les aspects de la vie quotidienne et l’activité de chaque praticien et sa relation si particulière avec les patients.

Les coeurs impatients
Les coeurs impatients
Les coeurs impatients
Les coeurs impatients

A terme, ce projet d’envergure nationale sera présenté sous forme d’expositions itinérantes (communes, départements, écoles de médecine…) et d’un ouvrage d’environ 200 pages mêlant photographies et dessins.

La dessinatrice qui va réaliser la partie BD s'appelle Cécilia Pepper et voici un aperçu de son talent... Attention les yeux !

Les coeurs impatients
Les coeurs impatients
Les coeurs impatients
Les coeurs impatients
Les coeurs impatients
Les coeurs impatients
Les coeurs impatients

Voici en copie la lettre du Docteur Dugas avec qui j'ai partagé plusieurs mois de sa vie de médecin de campagne :

La Rochefoucauld le 10 Mars 2015

Médecin Généraliste installé en milieu rural depuis 1982, j’ai été contacté début 2013 par Théo, Photographe professionnel, qui souhaitait faire un reportage sur les « Médecins de Campagne » ; il me contactait par l’intermédiaire du conseil départemental de l’ordre des médecins, qui lui avait donné le feu vert pour réaliser ce reportage.

Pendant 6 mois, Théo m’a suivi, épisodiquement, tant en visite qu’en consultation. Les patients étaient prévenus de sa présence et avaient donné leur accord auparavant. Cette démarche me semblait très intéressante dans le contexte actuel de désertification médicale en milieu rural. J’avais moi-même très envie de faire partager ce métier que j’ai toujours pratiqué avec passion, car riche en contacts humains et permettant de toucher à tout les domaines de la médecine : urgence, pédiatrie, cardio, etc… médecin de premier recours, médecin de famille.

Le reportage s’ est très bien déroulé ; Théo était là, mais invisible, ne modifiant en rien ce rapport si privilégié entre patient et médecin ; pas de flash, pas de bruit, jamais la moindre interférence. Nous avons pu échanger dans la voiture, entre deux visites, j’avais envie de lui faire partager le plaisir que j’avais à aller voir les gens dans leur cadre de vie, dans ces coins de campagne reculés. Je pense qu’il a très bien fait ressortir dans ses photos, le partage, la complicité, la confiance de la relation. Il m’a donc accompagné, de temps en temps, pendant 6 mois, jusqu’à mon départ en retraite en juillet 2013 ; il était présent pendant les visites où j’ai présenté mon successeur et pendant les derniers jours si chargés d’émotion.

Quelques semaines plus tard, j’ai pu voir les premières photos en noir et blanc, Théo avait saisi une foule de regards, de sourires, et je ne l’avais jamais vu en train de prendre ces photos ; il avait saisi les rires, les petits bonheurs ; travail magnifique sur la médecine en milieu rural, travail qui va dans le sens d’une valorisation de ce merveilleux métier, travail qui est susceptible de faire naitre des envies ou d’en confirmer d’autres naissantes. Je crois que la multiplication de ces reportages sur la médecine générale en milieu rural serait un outil très intéressant et qui ne peut qu’aider les communes à trouver des successeurs à leurs généralistes bientôt en retraite. Cette somme de documents photographiques a été pour moi et pour mon métier extrêmement valorisant et elle est aujourd’hui un superbe témoignage …. A POURSUIVRE !